Les CM2 et les applaudissements à 20h

Alexia :

Je participe très régulièrement à ces applaudissements le soir avec mon père et mon frère. Nous utilisons des casseroles et un sifflet. Malheureusement dans ma résidence peu de gens y participent, mais nous entendons des personnes dans d’autres quartiers. Je ressens beaucoup d’émotion quand je vois énormément de personnes y participer. Oui je suis fière de ma mère qui travaille tous les jours à l’hôpital.

Continuer la lecture

CM2 classe à la maison MERCREDI S3

Bonjour,

Je publierai ce midi vos articles au sujet des applaudissements de 20h, cela laisse encore la matinée pour ceux qui n’ont pas terminé. Je  confirme avoir reçu pour le moment les articles de : Lili, Alexia, Maelys, Sarah Bot, Hélèna, Sarah Krimi, Anaïs, Mathieu, Mariam, Driss et Assia.

Je vous soumets déjà un nouveau sujet d’écriture, que je publierai samedi midi.

  • Quand le confinement sera terminé, quelle sera la première chose que tu feras ?
  • Est-ce qu’il y a des activités que tu ne faisais pas avant et que tu penses continuer ?
  • Quelles sont les activités que tu reprendras immédiatement ?
  • Quelles sont les personnes que tu iras voir  en priorité ?

Objectif : votre article doit comporter au moins 5 verbes conjugués au futur, et bien évidemment sans erreur sur leur terminaison.

Orthographe : vous souvenez-vous bien du pluriel des noms et de ses exceptions ? Vérifions cela ici !

Continuer la lecture

CM2 Classe à la maison MARDI S3

Bonjour,

Voici le programme du jour :

Dictée : voici la dictée flash du jour : Dictée flash 2

Conjugaison : le futur, c’est maintenant !

Continuer la lecture

CM2 Classe à la maison LUNDI S3

Bonjour,

Dictée : commençons par le vocabulaire de la dictée de la semaine : Un hibou – hululer – un parfum – la brise – une tente – un chevreuil – dehors – tôt – un duvet – un chant d’oiseau 

Voici la dictée flash du jour : Dictée flash1

Continuer la lecture

Les CM2 racontent leur confinement

Maelys :

Mon travail à la maison se passe très bien pour moi.
Je commence à travailler à 9h et je termine à 11h ou 11h30. Puis je reprends à 14h jusqu’à 16h30.
Le matin je fais les devoirs donnés par le maître et l’après-midi je vais sur les sites Calcul@tice, concours castor, logiciel éducation…
Ma mère m’aide sur les exercices que je n’ai pas compris. Elle est en télétravail.
Je trouve que vous donnez assez de devoirs.
Mes difficultés sont sur les exercices de mathématiques, sur les litres.
J’aimerais bien faire de la musique et de l’art .
L’ambiance de la maison est calme.
Je fais du sport, du vélo elliptique.
Je suis plutôt détendue
J’ai lu l’Odyssé et Mortelle Adèle. Ma mère m’a commandé d’autre livre Mortelle Adèle que je n’ai pas encore reçus.
Je joue aussi aux jeux vidéo, aux cartes. Mon frère ne fait que de tricher.

Continuer la lecture

CM2 : classe à la maison VENDREDI S2

Bonjour,

Le vendredi, c’est le jour de la dictée bilan. Objectif : aucune erreur sur le vocabulaire, aucune erreur sur les terminaisons de l’imparfait. Voici le texte : Dictée semaine 2 – dictée bilan, et ci-dessous la dictée audio :

 

Lecture : Mon Quotidien

Continuer la lecture

CM2 : classe à la maison MERCREDI semaine 2

Bonjour,

Le mercredi pas de dictée, mais un peu d’écriture.

Vous allez créer un article sur le blog, une fois que vous aurez terminé, cliquez sur « soumettre à la relecture ». Pour rappel votre identifiant et votre mot de passe sont les mêmes que pour Calcul@tice. Si vous rencontrez un problème avec votre mot de passe ou avec la création d’un article n’hésitez pas à me le signaler.

Comment créer un article sur le blog ?

Continuer la lecture

leçon cm2: les préfixes

Un préfixe est un élément qui se place devant le radical d’un mot pour former un mot de la même famille (un mot dérivé).

Les préfixes modifient le sens des mots.Ils sont souvent utilisés pour exprimer:

-le contraire: inexact-improbable- illégal- maladroit- connu- plaire- désapprouver.

-la répétition:reclasser-écriture.

écrit par Sarah Krimi.

 

Les CM2 et l’hommage de 20h

Alexia :

Je participe très régulièrement à ces applaudissements le soir avec mon père et mon frère. Nous utilisons des casseroles et un sifflet. Malheureusement dans ma résidence peu de gens y participent, mais nous entendons des personnes dans d’autres quartiers. Je ressens beaucoup d’émotion quand je vois énormément de personnes y participer. Oui je suis fière de ma mère qui travaille tous les jours à l’hôpital.

 

Lili :

Chaque soir, à 20 heures, j’applaudis ou je tape dans une casserole. Des fois, j’applaudis avec ma sœur, mais le plus souvent je suis seule à le faire.

Dans mon quartier, j’entends des personnes klaxonner, taper dans des casseroles ou applaudir, mais je suis un peu déçue, parce que je suis la seule à applaudir dans mon immeuble.

Je suis contente car j’ai l’impression de donner du courage à tous les infirmiers et médecins qui travaillent jour et nuit.

Il y a juste mon père qui travaille dans un magasin de nourriture et je sais que c’est le seul dans ma famille qui n’est pas confiné.

 

Maelys :

J’ai déjà participé aux applaudissements du soir. J’ai participé une seule fois et j’ai applaudi avec mon frère, qui applaudit presque tous les soirs. Il y a beaucoup de personnes qui applaudissent dans la résidence. Cela m’a fait ressentir beaucoup de joie. Dans mon entourage il y a mon papi qui travaille car il est gérant d’un commerce alimentaire et le cousin de ma mère qui doit travailler car il est docteur. Ma mère et d’autres personnes de la familles sont en télétravail.

 

Sarah Bot :

A 20h je me mets par la fenêtre pour applaudir les personnes soignants avec mes parents et mes frères et sœurs tous les soirs depuis le début. Je suis contente de le faire parce que dans ma famille il y a des soignants, et j’ai peur qu’ils tombent malades. Je suis triste parce que dans ma cité il y a très peu de personnes qui applaudissent et il y a des morts a cause du virus.

 

Hélèna :

Chaque soir, à 20h, je vais devant ma fenêtre avec mes sœurs, et nous applaudissons en hommage au personnel hospitalier et à toutes les personnes qui travaillent. Dans mon quartier, il y a beaucoup de personnes qui applaudissent. Je ressens parfois de la tristesse pour ces personnes.

 

Sarah Krimi :

Je ne participe pas aux applaudissements de 20 heures pour rendre hommage au personnel hospitalier, et dans mon quartier je n’entends personne applaudir en leur honneur. Mais je suis reconnaissante pour tout le travail et le sacrifice qu’ils font pour nous.

Personnellement, je ne connais personne de mon entourage qui travaille à l’hôpital.

Je ressens de la tristesse pour tous ceux qui meurent tous les jours, à cause du coronavirus.                                                                                                                              C’est pourquoi, nous devons absolument rester à la maison, pour nous protéger et protéger les autres.

 

Anaïs :

Depuis que ce phénomène existe, j’y ai participé plusieurs fois le soir à 20 h. Il y a des personnes qui chantent et applaudissent dans mon immeuble et celui d’en face.

J’y participe régulièrement avec ma mère.

J’entends beaucoup d’applaudissements, j’entends des gens qui chantent pour soutenir les médecins et les soignants.

Je ressens du soutien, de l’entraide entre tout le monde.

Ma tante est pharmacienne, elle travaille actuellement.

 

Mathieu :

Dans ma rue il y a deux personnes qui travaillent dans le domaine hospitalier. A 20h dans ma rue, un tonnerre d’applaudissement résonne dans tout le quartier ! Je me dois de participer a ces applaudissements car ma maman travaille à l’hôpital. Dans ma rue, une voisine travaille à l’hôpital également. En entendant tous ces applaudissements, je ressens comme un soutien pour ma maman et ces collègues. Et j’espère que le coronavirus se terminera bientôt !

 

Mariam :

Je participe aux applaudissements pour soutenir les hospitaliers, j’applaudis avec ma sœur et des fois avec mon frère. Dans mon quartier il y a tous les immeubles qui participent, je ressens de la joie, mes parents ne travaillent à la maison.

 

Driss :

J’ai déjà applaudi par la fenêtre avec mon frère Yliès. Je l’ai fait car j’ai entendu des bruits dehors, des cris, des bruits de casseroles et des applaudissements. Je croyais que c’était parce qu’on avait pas école mais ma mère m’a expliqué que c’était pour rendre hommage aux médecins, aux infirmières, aux pompiers, aux ambulanciers et toutes les équipes médicales qui soignent ou qui aident les personnes atteintes du coronavirus.

Ma mère ne veut pas que je fasse cette action tout seul avec mon frère car on habite au 4ème étage et c’est dangereux d’ouvrir la fenêtre, alors maintenant on va le faire en famille.

Et si un soir on ne le fait pas, on le pensera dans notre cœur.

Ma mère nous garde tous les quatre à la maison et elle ne peut pas travailler chez nous car elle doit nous aider à faire les devoirs et ça prend beaucoup de temps.

Mon père va travailler sur son chantier. Je n’aime pas ça car il peut attraper le virus.

 

Assia :

Je n’ai malheureusement pas participé aux applaudissements collectifs le soir à 20h en hommage au personnel hospitalier et à toutes les personnes qui travaillent, parce que j’habite dans une rue pavillonnaire. Et je n’ai ni vu ni entendu personne applaudir. 
Je suis triste et déçue que personne ne les applaudisse dans ma rue. Surtout que mon beau-père est infirmier libéral à domicile et depuis le confinement il a de plus en plus de travail et donc il prend plus de risques. 
Je pense qu’il mérite des applaudissements. Mais il m’a raconté, qu’il est applaudi dans plusieurs quartiers et que cela lui faisait plaisir et que ça lui donne du courage pour continuer. 

 

Vera :

J’ai participé aux applaudissements collectifs le soir à 20h00. Je le fais souvent avec ma mère. Mais il n’y a pas beaucoup de monde qui applaudit car on habite dans une zone pavillonnaire. Quand je fais ce geste je remercie les gens qui soignent les malades, je me sens triste pour eux car ils sont obligés d’aller au travail malgré le danger pour eux et pour leur famille. Dans mon entourage il n’y a que mon père qui travaille mais je pense très fort à ma cousine en Espagne, car sa mère travaille a l’hôpital avec les gens qui ont le coronavirus.