Des mérovingiens aux carolingiens : partie I

  • Dans la famille des carolingiens, je demande le grand-père

Vers 740 après Jesus Christ, Charles Martel prend le pouvoir car il n´y a officiellement plus de roi de la famille de Clovis. La dynastie des mérovingiens prend alors fin. On entre dans l´ère de la dynastie des carolingiens. Pour la petite histoire, Charles Martel est appelé comme cela car il écrasait des ennemis de son marteau, mais cela reste une légende qui servait bien l´interet de la France pendant la colonisation au XIXème siècle. Je vous expliquerai cela plus en détail en classe.

Mais on retient de Charles Martel qu´il va evangelisier (imposer la religion chrétienne) les peuples qu´il soumet lors de guerres. Charles est le grand-père de Charlemagne.

  • Dans la famille je demande le petit fils Charlemagne

Pour faire un portrait rapide, je commence par dire la vérité et ca va pas plaire à tout le monde : il n´est pas Français ! D´ailleur en Allemagne il est aussi un personnage très important, et son nom est Karl der Große. Parce qu´il était très grand de taille pour l´époque. C´est un roi guerrier qui accélère l´expansion de son royaume. Tant est si bien qu´il est considéré comment empereur et le territoire qu´il gouverne est aussi grand que l´ancien empire romain d´occident.

Entre 770 et 780, Charlemagne combat les Saxons au nord de l´empire et va même détruire leur arbre sacré (un symbole qui n´est pas Chretien). Il s´oppose à leur chef, le redoutable Widukind pour convertir de force la population à la religion chrétienne.

On peut dire aussi que s´il fait bâtir son palais au nord de son empire à Aix la chapelle (actuellement en Allemagne sous le nom de Aachen, là où vit ma vieille tante) c´est parce qu´il veut voir si les saxons ne vont pas l´envahir.

Mais il se bat aussi en Italie, en Bavière, en Croatie, en Espagne, …

Mais pour garder cet empire quand les peuples sont soumis, il va donner protection et loyauté au Pape en personne. C´est pour cette raison que le chef des chrétiens (le pape) lui remet la couronne d´empereur le jour de noel dans la ville de Rome en 800 après Jesus Christ. Tout un symbole, il est fort !

  • Gouverner l´empire et y faire circuler le savoir

L´empereur écrit plein de lois (on dit que c´est un législateur) qui s´appliquent aux peuples conquis. Et puis pour faire appliquer ces lois, il donne de l´autorité aux comtes dans l´espace du comté (pagus). Le comte collecte les impôts, il est chef militaire et fait appliquer la loi. En même temps, Charlemagne, pour contrôler les comtes, envoie ses missi Dominici, qui représentent l´autorité impériale.

C´est Charlemagne qui a inventé l´école ? Non pas du tout, même si une loi, l’admonitio generalis (exhortation générale) impose que quelques enfants des comtes et des évêques soient éduqués dans les abbayes. Ces quelques enfants apprenaient l´écriture sur une tablette d´argile (de la terre très malléable) et apprenaient à lire des extraits de la bible.

Ecole au moyen-âge.

Dans le domaine de la culture et des livres, une nouvelle forme d´écriture voit le jour avec des lettres majuscules et minuscules. On l´appelle la caroline (du nom des carolingiens bien sûr !). En 789, Charlemagne promulgue la Caroline au rang d’écriture officielle dans le royaume. En voici un exemple :

Et puis il y a des scriptoriums qui vont se développer dans toutes les abbayes du royaume. Ce sont des salles dans lesquelles des moines copient la bible ou plus rarement des textes de l´antiquité. Quant un moine voyageait pour aller dans une autre abbaye, il prenait un livre avec lui et il était recopié avant qu´il ne reparte. C´est comme cela que la connaissance circulait dans le royaume. Il n´y avait pas d´internet encore. En particulier, le plus grand scriptorium se trouvait dans le palais d´Aix la Chapelle et de nombreux savants et érudits (des personnes qui connaissent plein de choses comme moi) venaient de tas de régions de l´empire pour y écrire et réfléchir ensemble. Cette période s´appelle la renaissance carolingienne.

2 réflexions sur « Des mérovingiens aux carolingiens : partie I »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *