Categories:

Pendant l’antiquité, une grande civilisation se développe sur les bords de la mer méditerranée. Grace à l’écriture, on a des parchemins et puis des livres plus tard. L’usage du papyrus comme support de l’écriture et l’emploi de rouleaux de papyrus pour mettre les œuvres littéraires par écrit se diffuse à partir de 2600 ans avant aujourd’hui. Il y a 2300 ans Se développe même des bibliothèques, dont la plus célèbre est celle de la ville d’Alexandrie. Notamment je vous ai déjà parlé de livre tel que l’Illiade et l’odyssée avec la guerre de Troie, Ulysse, la belle Hélène et Paris. On reviendra dessus…

Un système politique

Les institutions de la démocratie athénienne

Les grecs gouvernent la population dans des villes. Par exemple dans la cité d’Athènes (actuelle capitale de la grèce) il y a eu la démocratie, un système qui donne le pouvoir au peuple. Les citoyens (tous les hommes libres) élisent des assemblées qui votent des lois. Comme la télévision n’existait pas, tous les citoyens pouvaient aller sur une grande place qu’on nommait agora pour donner leur idées et le programme politique. 10 stratèges gouvernaient pour un an et il y avait des assemblée (chez nous assemblée nationale et sénat). Elles se nommaient Ecclésia, Boulée, Heliliée de mémoire.

Mais dans d’autre villes comme Spart, il y avait un autre système politique l’oligarchie et là, il n’y avait que les puissants qui avaient le droit de gouverner. En générale c’était des hommes riches. Du coup, dans la ville de Spart on élevait les enfants à la dure :  c’était obligatoire, collectif et organisée par la cité. C’était vraiment pas rigolo ! L’essentiel de leur formation consiste à s’endurcir physiquement par l’athlétisme, à manier les armes, à marcher en formation, à survivre dans la nature. Adolescent, on les emmenaient nus dans la montagne et ils devaient survivre avec seulement un couteau.

Alexandre le grand

Le royaume de Macédoine est un état de la grèce antique. Il y a 2300 ans Alexandre le grand nait et à l’âge de 12 ans, il dompte le cheval Bucéphale. Voici le récit que tout le monde raconte encore :

Alexandre le Grand, lorsqu’il eut douze ans, reçut de son père un cheval qu’il nomma Bucéphale, ce qui signifiait « tête de taureau ». Cet animal était soi-disant indomptable, il était si fougueux que personne n’avait jamais réussi à le monter. Alexandre, qui avait déjà pris part à des batailles et était un cavalier émérite, releva le défi. Il dompterait l’indomptable. Il commença par étudier le comportement du grand cheval noir, cherchant sa faille. Il s’aperçut alors que l’animal avait peur de son ombre comme de celle des hommes qui s’approchaient de lui. Tendre et cajoleur, le jeune homme parvint à placer le cheval face au soleil et l’enfourcha, le faisant galoper en tout sens avant de revenir vers son père. « Tu devras te chercher ton propre royaume, mon fils, la Macédoine est trop petite pour toi », fut le seul commentaire de Philippe de Macédoine, souverain visionnaire. À partir de ce jour, Bucéphale se laissa monter à cru par les valets, mais, quand il était paré du harnais royal, seul Alexandre était accepté. Le cheval se mettait alors à genoux pour aider son maître à monter.

Pendant presque vingt ans, Alexandre et Bucéphale combattirent ensemble. L’une de leurs plus grandes victoires fut celle gagnée sur Darius le Grand, empereur des Perses, à Issos, en 333 av. J.-C. Le couple légendaire étendit les frontières de l’Empire grec de l’Égypte, où le roi fonda la ville d’Alexandrie, à l’Inde. L’illustre Grec et sa monture devinrent les maîtres d’une grande partie du monde connu de l’époque, contribuant à la diffusion de la culture hellénistique parmi tous les peuples conquis. Même les plus belles histoires ont une fin et celle d’Alexandre et de son inséparable Bucéphale se termine, comme on peut s’y attendre, à la guerre : celle qui opposa Alexandre à Pôros, roi indien du Pendjab, lors de la bataille de l’Hydaspe, en l’an 326 av. J.-C. Bien que mortellement blessé, le vaillant Bucéphale ne permit pas à Alexandre de monter un autre cheval, et, réunissant ses ultimes forces, mena son auguste maître à la victoire. La bataille gagnée, couvert de sang et de sueur, il s’allongea enfin pour succomber à ses blessures. Alexandra fonda, en son hommage et sur son tombeau, la ville de Bucéphalie, dans l’actuel Pakistan.

https://www.curieuseshistoires.net/bucephale-cheval-indomptable-dalexandre-grand/

Alexandre avait une fascination pour l’Illiade et l’odyssée. Inspiré par la mythologie, il va rentrer dans l’histoire comme le plus grand conquérant grec, rien que ça ! Alexandre le grand nait en 356 avant Jesus Christ a Pella. Fils du roi Philippe II, il est convaincu par sa mère qu’il descend directement de Zeus, le plus puissant des dieux Grecs. Alexandre reçoit une excellente éducation, il a comme précepteur Aristote, philosophe et physicien Grec reconnu. Le père d’Alexandre, le roi Philippe de Macédoine, unifie les cités Grecques autour de lui mais meurt assassiné en 336 avant JC. Alexandre, âgé de vingt ans, reprend alors le projet de son père: envahir le vieil ennemi de la Grèce, l’empire Perse pour venger les destructions commises en Grèce par les Perses lors des guerres Médiques en 490-479 avant JC. Alexandre quitte la Grèce pour ne plus jamais y revenir. Alexandre remporte plusieurs grandes victoires contre le roi perse Darius III au Granique en 334 avant JC, à Issos en 333 avant JC et à Gaugamèles en 331 avant JC. Il libère l’Egypte que dominaient les Perses. Les Egyptiens le proclament pharaon tellement ils sont content et il fonde le port d’Alexandrie (avec son phare très célèbre). Il conquiert finalement la totalité de l’empire Perse et pille la capitale Persépolis. Darius III étant mort assassiné par un de ses lieutenant, Alexandre fait exécuter le félon, et poursuit ses conquêtes jusqu’à l’Indus. Après une bataille en 326 avant JC contre le roi Poros où Bucéphale, le cheval d’Alexandre est tué, les troupes d’Alexandre refusent d’aller plus loin, ne voulant plus aller jusqu’aux limites du monde connu pour l’époque. A la tête d’un immense empire, Alexandre veut unifier Grecs et Perses au sein d’une même culture, mais ses soldats refusent, considérant les Perses comme leur rivaux. Malgré tout, des officier d’Alexandre épousent des jeunes filles perses et Alexandre se marie avec une des filles de l’ancien roi Darius. Alexandre le grand meurt jeune, malade, le 13 Juin 323 avant JC, à 33 ans. Il reste un grand modèle d’inspiration pour beaucoup de grands conquérants à travers l’histoire, même si ses conquêtes ne lui survivent pas longtemps.

Le film sur les guerres médiques

La colonisation romaine

Les guerres puniques marquent le début de la colonisation des romains sur tout l’empire grec. Bon là je vais vous parler d’Hannibal un autre grand générale de la cité de Carthage en Tunisie. Bref, il va essayer de conquérir Rome, avec des éléphants, en 146 avant JC, la capitale de l’empire romain. Il était au portes de la ville, mais Scipion le romain va l’empêcher et puis il y avait un problème pour payer les mercenaires. Du coup l’empire romain va prospérer alors que l’empire grec va décliner.

A partir de 146 avant Jésus Christ l’empire romain, qui reprend les même dieux que les grecs, et des tas de coutumes hellénistes, va être en expansion.

Nous reparlerons des romains et des celtes dans une prochaine leçon avec un nouveau prophète d’une religion monothéiste : Jésus.

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Liste des niveaux

Archives
%d blogueurs aiment cette page :